Jean-Louis Hurlin
Ferronnier d’art, né à Metz en 1950. Vit et travaille à Ban-Saint-Martin, Moselle.
Après une formation initiale de forgeron-serrurier, Jean-Louis Hurlin oriente son travail vers la ferronnerie d’art. Il développe peu à peu son savoir-faire et crée ses propres pièces en fer forgé. En 1977, il ouvre son premier atelier. Quinze ans plus tard, il est l’un des plus talentueux ferronniers d’art manipulant le Damas. Le créateur détourne dans une démarche artistique cette technique ancienne venue d’Inde, qui servait originellement à la fabrication de lames d’épée souples et solides, et réalise ainsi objets contemporains décoratifs, sculptures… Jean-Louis Hurlin multiplie les distinctions, les expositions et les collaborations, et est nommé Maître d’art en 2000. Détournement, transgression, créativité, sont des mots qui, alliés à la technique, décrivent justement le travail de Jean-Louis Hurlin, qui explore l’acier damas dans toutes ses possibilités plastiques et esthétiques.
Ce procédé, exécuté dans un véritable ballet chorégraphié, demande une maîtrise, une patience et une grande force physique. Deux types d’acier – doux, au carbone, et dur, au nickel – sont chauffés à 1500°C, température qui s’approche de la fusion. Ce « mille-feuille » est alors martelé pour être soudé, puis étiré et replié de manière répétée, jusqu’à atteindre des centaines de couches. C’est cette osmose entre l’acier doux et l’acier dur qui donne toute sa solidité à la matière. Le travail de Jean-Louis Hurlin témoigne d’une réflexion élaborée sur le statut de l’objet, qui acquiert sous son geste une vie indépendante de celle du matériau.

Jean-Louis Hurlin, A Cy Twombly, acier damas

Jean-Louis Hurlin, Lame Kiridachi, acier damas révélé

Jean-Louis Hurlin, Coupe Paracas, acier damas révélé à l'extérieur

Jean-Louis Hurlin, Galet bleui, acier damas révélé et bleui

Back to Top